Eugene Wei sur Apple vs Netflix dans la programmation vidéo originale Commander sur Amazon -35%


Promotion -50% sur Amazon

Netflix dépense des milliards de dollars chaque année pour produire de nouveaux films et émissions de télévision pour ses abonnés. Il en résulte que HBO, appartenant à AT & T, peut rivaliser en dépensant autant, non? Pas exactement, dit Eugene Wei, écrivain de Remains of the Day.

“[Netflix] a les hauteurs [online]et il est très rare dans l’histoire de voir une entreprise prendre avec succès une entreprise avec un avantage d’échelle en copiant simplement ce qu’elle fait », a déclaré Wei lors du dernier épisode de Recoder le support avec Peter Kafka. «Le fait est que toute la définition d’un avantage d’échelle est que Netflix compte 100 et 50 millions d’abonnés, et vous non. S'ils veulent dépenser 10 milliards de dollars en contenu, et vous dites: «Je vais dépenser 10 milliards de dollars en contenu», ils répartissent ce coût sur beaucoup plus de personnes. "

Bouilli: Si vous voulez vraiment En concurrence avec Netflix, vous allez devoir les dépenser beaucoup.

Il semble que chaque grande société de médias lance son propre tueur fragmenté de Wannabe-Netflix, mais Wei a déclaré qu'une seule société avait une chance et qu'elle ne jouait pas vraiment ce jeu-là: Apple. Bien que le géant de la technologie ait annoncé une programmation originale (coûteuse) de la part de créateurs tels que Oprah Winfrey et Steven Spielberg, il semble qu’il ne soit pas urgent de brûler toutes ses liquidités et de dépasser la longue avance de Netflix.

«L’offre actuelle d’Apple, telle que je l’ai vue depuis le discours liminaire, ressemble un peu à un peu comme:« Moi aussi, nous avons un service », a déclaré Wei. «Nous avons beaucoup de téléphones et de choses entre les mains des gens, et donc si nous y tenons, tout ira bien.» Un peu comme si Apple Music s’en sortait plutôt bien, juste à travers la distribution. Ce n’est pas un service qui se veut révolutionnaire et qui domine le secteur de la diffusion vidéo en continu. "

Vous pouvez écouter Recoder le support où que vous obteniez vos podcasts, y compris les podcasts Apple, Spotify, Google Podcasts, Pocket Casts et Overcast.

Ci-dessous, nous avons partagé une transcription légèrement modifiée de la conversation de Peter avec Eugene.


Peter Kafka: C’est Recode Media avec Peter Kafka, c’est moi; je fais partie du réseau de podcasts Vox Media ici au siège social de Vox Media à New York. C’est une journée froide, grise et sombre, mais j’ai chaud à l’intérieur, car Eugene Wei est là, l’invité favori de Recode Media. Bienvenue, Eugene.

Eugene Wei: Merci, merci de m'avoir.

Je te charge de pression ici parce que tu as été formidable l’année dernière.

Je vous en suis reconnaissant.

Je vous ai appelé un thinkfluencer, et je pense que vous avez dit que vous n’aviez pas entendu parler de ce terme, j’espère que c’est maintenant sur votre Linkedin.

Je devrais ajouter ça.

Nous vous avons écouté et vous avez parlé de tout ce qui se passe sous le soleil. Vous en ferez une partie aujourd'hui, mais je veux simplement mettre les gens au courant. L'été dernier, vous avez traversé, vous avez travaillé chez Hulu, Amazon et Facebook, et quand vous avez traversé l'été dernier, j'ai dit: «Que faites-vous?" Vous avez dit: "Oh, vraiment rien." Alors maintenant, que faites-vous? Faire?

Ouais, eh bien, je ne fais toujours rien de spécifique.

Vous avez l'air assez détendu pour ne rien faire.

Je suis détendu, je suis détendu Il s'avère que ne rien faire de spécifique est bon pour cela.

Vous possédez ce qui ressemble à une caméra rétro très sophistiquée et coûteuse, alors je vois que vous faites quelque chose?

Tout le monde s'adonne à son passe-temps de photographie à un moment donné. J'ai fait un peu de ceci et de cela, j'ai conseillé diverses entreprises, rencontré beaucoup de gens différents et essayé de déterminer la prochaine étape.

Vous n'êtes donc pas pressé?

Je ne suis pas nécessairement comme dans un délai précis.

Et nous en avons déjà parlé, mais pour moi, vous en êtes un … et il y a une poignée de gens comme vous qui ont vraiment, je ne sais pas, certaines personnes qui savaient qui vous étiez et que vous avez écrit , et vous avez écrit ce truc vraiment intelligent, et juste basé sur cette sorte de puissance de feu intellectuelle que vous avez apportée à ces posts, que vous pouvez lire gratuitement sur Internet, vous avez en quelque sorte créé une toute nouvelle personnalité et, je suppose, une vie professionnelle pour toi?

Dans une certaine mesure, je veux dire, certainement, je pense que cela n’a pas commencé comme ça. J'ai mon site web depuis presque 20 ans maintenant, personne vraiment …

Restes du jour, si vous google Eugene Wei, W-E-I, ça va venir.

Personne ne l'a vraiment lu au début, c'était comme si trois collègues le lisaient.

Mais tout est comme dans les deux dernières années, non? Vous avez commencé à écrire ces choses intelligentes et les gens ont commencé à les partager sur Twitter, puis je suppose que des personnes – nous en avons parlé – s'adressent à vous pour vous demander conseil ou peut-être vous demander de consulter.

Mm-hmm, ouais, comme si je le trouvais … Eh bien, deux choses: au départ, j'écrivais sur Amazon parce que je me sentais comme si Apple avait beaucoup de gens qui écrivaient à ce sujet tout le temps, pas beaucoup. a écrit à propos d'Amazon.

Et aussi, vous êtes l'un des premiers employés d'Amazon.

Mm-hmm.

Il n’ya pas beaucoup d’employés d’Amazon qui parlent du travail chez Amazon et des choses que vous apprenez là-bas. C’est donc ce qui vous a rendu intéressant.

Oui, et le monde de la technologie en général adore regarder le nombril, alors si vous écrivez … Tout comme les médias aiment parler des médias, la technologie aime parler de la technologie.

Que diriez-vous d'un podcast multimédia?

J'entends dire que c'est un gros problème.

Ils utilisent un peu de nombril.

Tu devrais y entrer, Peter. Mais oui, il s’avère que les éléments de la mine qui voyagent le mieux sont liés à la technologie, car tout le monde pense à la technologie, que ce soit les entreprises qui essaient de trouver le moyen d’optimiser leur entreprise, les investisseurs qui essaient de déterminer quelle sera la prochaine Le plus important, c’est que les tendances soient les mêmes pour tout le monde.

Et donc, cette idée d'écrire des choses intelligentes sur Internet, Ben Thompson le fait, il facture 10 dollars par mois, il a une très grosse entreprise qui le fait, il y a des gens comme Benedict Evans qui a écrit des choses intelligentes sur Twitter, est finalement devenu une sorte d'un gars intelligent à Andreessen. Pensez-vous que c’est une sorte de carrière pour vous? Comme au lieu d'avoir à «trouver un vrai travail». Vous pourriez simplement être un type malin sur Twitter et sur Internet?

Je le suppose pourrait être. Je ne sais pas si c’est ce que je veux. Je l’apprécie en quelque sorte pour ce qu’il est maintenant, c’est-à-dire que j’écris quand un sujet m’intéresse. Et ce qui est bien maintenant pour moi, c’est que j’entends parler directement des gens qui, au sein d’entreprises, peuvent confirmer ou infirmer certaines choses sur lesquelles j’ai spéculé.

C’est vrai, et c’est quelque chose qui ne se produira pas il ya quatre ou cinq ans parce que les gens ne lisaient pas ce que vous lisiez, ils ne savaient pas qui vous étiez. Et maintenant, vous avez quelqu'un à Snap ou à Apple qui dit: «Non, vous avez tout faux."

Ouais, oui, et je pense que cela m’est utile pour affiner ma réflexion sur ces entreprises.

Ouais, ce que j'essaie de faire, c'est de vous faire écrire professionnellement pour Recode, nous allons trouver un moyen de le faire. Quand tu étais là-bas l’été dernier, j’ai dit: «Tout le monde va voir le blog d’Eugene, c’est incroyable, il fait toutes ces choses géniales.» Et puis, si j’ai raison, tu as arrêté d’écrire.

J'ai fait.

Vous avez pris comme six mois de congé.

J'ai fait, j'ai fait. J'en voyageais, je viens aussi de commencer …

Désolé si je vous ai conduit sur le blog d’Eugene Wei et que c’était juste un grand espace vide.

Je sais, je suis désolé de laisser tomber vos auditeurs, mais je viens d’obtenir un très mauvais canal carpien qui s’est à nouveau éclairé, et c’est en partie parce que je n’avais pas de clavier complet, j’utilisais cela comme un ordinateur portable personnel, un petit MacBook Pro de 13 pouces que j’avais eu et s’avère que taper beaucoup dans ce clavier trop petit me rend tout simplement incapable d’écrire pendant un moment, alors je pensais juste sur l'écriture et la réflexion sur les idées. Et donc, quand j'ai enfin pu reprendre l'écriture, j'ai eu l'impression de sortir quelque chose de très long.

Ouais, alors vous avez fait du R & R, vous avez réhabilité vos doigts, puis vous avez écrit cet énorme – combien de mots est ce truc?

Je ne sais pas, certaines personnes m’ont dit que c’était 20 000 mots.

C’est beaucoup de mots, oui, c’est au moins une heure entière à lire. Vous voudrez peut-être même faire une pause et aimer faire une promenade ou quelque chose. Et nous ne passerons pas une heure entière à cela, mais nous allons passer beaucoup de temps, cela s'appelle Status as a Service.

Je vais simplement lire le haut de la page, puis nous partirons de là. Il y a une introduction, puis vous dites: «Commençons par deux principes. Principe un, les gens sont des singes à la recherche d'un statut. Principe deux, les gens recherchent le moyen le plus efficace de maximiser leur capital social. »Et puis, il ya 19 900 mots après cela, mais commençons par expliquer ces deux idées. D'accord, «singes à la recherche de statut». Vous comprenez assez bien que vous dites que c'est une chose universelle, depuis que nous avons compris comment dessiner dans des grottes, ou même avant, nous voulions nous mettre à part, d'accord, j'ai ça.

Droite.

"La voie la plus efficace pour maximiser le capital social." Devrait probablement obtenir quelques explications de votre part.

Bien sûr, vous savez donc que si vous pensiez à notre recherche du statut quand nous vivions dans de petites tribus, il y avait une façon de le faire, qui était en quelque sorte très localement confinée. Et l’avènement de l’Internet et de ces grands réseaux sociaux nous a permis de disposer d’un nouveau moyen de maximiser notre statut, qui était beaucoup plus libre et sans limites. Et c’était vraiment une sorte de jeu de statut mondial, alors qu’une fois que vous pouviez rivaliser de statut avec des enfants de votre quartier, des personnes qui travaillaient avec vous ou des choses du genre, nous sommes maintenant dans ces arènes où nous sommes en concurrence avec tout le monde. autre dans le monde.

Vous définissez donc ici une très longue explication sur la manière dont certaines grandes sociétés Internet – principalement Facebook et Twitter, mais Snap – fonctionnent dans le cadre de ce cadre que vous avez mis en place. Et cela a aussi des applications pour les jeux et cela vaut également la peine de penser aux entreprises qui n’ont pas vraiment de composants sociaux. Qu'ils puissent être ajoutés, s'ils ne devraient pas l'être, vous parlez beaucoup de ces deux axes, l'un est l'utilité, l'un est … Quel est l'autre?

Il y a trois axes: statut, utilité et divertissement.

Oui, vous avez supprimé le divertissement pour les besoins de cette conversation.

Pour les besoins, mais nous pouvons en parler un peu parce que beaucoup de gens ont demandé quelle était la différence entre les trois axes, je me suis principalement concentré sur le statut car je pense que c'était probablement le moins étudié ou le moins analysé. axe quand on parle de réseaux sociaux. Et la théorie des effets de réseau conventionnels est la suivante: plus vous ajoutez d’utilisateurs, si vous croyez en la loi de Metcalfe, la valeur du réseau augmente proportionnellement à la …

Oui, les gens ont cette idée, non? Facebook est plus utile avec deux milliards de personnes que quand il y en avait 10, et vous pouvez en fait dire que ce n’est pas le cas, mais c’est la théorie généralement acceptée.

Mm-hmm.

Et puis, vous dites également que l’une des raisons pour lesquelles les gens ne parlent pas de statut social, c’est qu’ils pensent que c’est embarrassant, puéril ou inférieur à ce qu’ils sont. Et plus précisément, les personnes qui gèrent ces sociétés ont plus de statut que quiconque dans le monde, et elles ne réfléchissent donc pas ou ont du mal à réfléchir à la façon dont leurs utilisateurs abordent ce sujet.

Ouais, je veux dire, c’est vraiment difficile. Quand j'étais chez Amazon, je me souviens avoir produit ce grand ensemble d’analyses avec tous ces graphiques et éléments, et notre directeur financier disait toujours: «Vous savez, je ne veux jamais voir un graphique dans lequel vous mélangez toutes ces différentes cohortes de personnes. ”

Vous pouvez donc imaginer à quel point il est difficile de gérer un réseau social comme Facebook, par exemple, qui compte deux milliards d’utilisateurs de tous âges et de toutes conditions démographiques, de cultures et de pays différents. Comment voyez-vous même un tableau de bord et comprenez-vous la dynamique de ce qui se passe? Donc, si vous envisagez cela comme une série de nombreux jeux de statut localisés, il est difficile de tout décomposer et de comprendre ce qui se passe.

Facebook et Twitter ne sont donc pas les premiers à utiliser le statut pour dynamiser leur entreprise. Il semble cependant qu'il existe cette manière désormais conventionnelle de penser à des réseaux tels que Facebook et Twitter, qui impliquent tous une sorte d'affichage de vos prouesses sociales, combien d'abonnés, combien vous aimez, de la même manière nous évaluerions des morceaux de contenu, cette chose a été retweetée autant de fois.

Et à bien des égards, nous semblons tous prendre cela pour acquis. Il existe à présent un contre-argument qui dit: «En fait, peut-être que nous pourrions nous sentir mieux si nous en retirions une partie.» Mais tout semble avoir l'air … Mais vous dites, regardez, c'est En fait, ce n’est pas simplement un ajout, cette façon de suivre et d’afficher qui vous êtes, à quel point votre contenu est bon, combien de personnes comme vous, c’est au cœur du produit. Ce n’est pas simplement que vous partagez des photos de votre bébé avec quelqu'un, c’est que vous avez ce statut et que vous envisagez activement d’obtenir plus de statut et comment le jouer, et si vous n’êtes pas probablement pas vraiment utiliser le service.

Oui, et je n’irais pas jusqu’à dire que c’est la seule raison pour laquelle les gens utilisent les réseaux sociaux, car j’utilise certainement Twitter, Instagram, Facebook et tous ces réseaux pour diverses raisons. et la plupart des gens font de même. Le deuxième point, cependant, est qu’il est facile d’oublier le temps qui a précédé l’introduction de Twitter ou celui de Facebook avec News Feed. Et il est également facile d'oublier tous ces réseaux sociaux qui ne fonctionnaient pas, qui ne comportaient pas certains de ces éléments. Mais si vous repensez au début de Twitter, comme je l'ai dit dans mon article, c'était vraiment ennuyeux. au début. Si les gens étaient sur …

C'étaient littéralement des gens qui parlaient de ce qu'ils avaient pour le déjeuner.

Oui, littéralement. J'aime aussi dire que mes deux premiers tweets, espacés d'un an, étaient: «Faire mes impôts». Parce que l'invite dans la boîte disait quelque chose comme: «Que fais-tu en ce moment?

Ouais, le mien était comme: "Je vais faire les courses de Noël."

Oui exactement. Je ne savais pas pourquoi – cela n’aurait jamais été une entreprise intéressante. Et pour moi, tout a changé – du moins pour Twitter – lorsque ces services tiers ont commencé à établir ces classements mondiaux pour dire: "Hé, ce sont les tweets les plus populaires." Et vous les avez regardés et vous avez pensé: "Oh, alors c'est comment vous incitez les gens à aimer vos tweets. "Et," Wow, ces tweets sont vraiment drôles. "

Et pour Facebook, je pensais à ce moment-là quand ils ont créé News Feed et que maintenant, on pouvait voir les posts de tout le monde se dresser les uns contre les autres et on pouvait voir que ce post avait plus de «Likes» que ce post, alors cette partie de la nature humaine qui recherche le statut a commencé à prendre le relais.

Et cela ne fait que commencer, même si vous ne pensez pas que vous le faites, vous le faites, vous le faites, c’est votre argument?

Oui, je veux dire, je pense que cela fait partie de la nature humaine, et si vous placez les gens dans cette arène avec ce type de structure d’incitation, à une échelle mondiale où le fil d’actualités est mondial, alors je pense qu’il est difficile de supprimer cette partie.

Et vous dites des choses ici, c’est, je pense … De toute évidence, on dirait que je le critique, je pense sans controverse, qu’en est-il? Où, les jeunes vont être beaucoup plus impliqués dans ce genre de choses que les personnes plus âgées, en partie parce qu'ils ont la capacité de le faire et aussi parce que si vous êtes vieux, vous avez une hypothèque peut-être, vous avez J'ai des enfants, peut-être, tu as beaucoup d'autres choses qui occupent ton temps, mais deux, c'est aussi ton capital social, n'est-ce pas? Vous avez une voiture, et cette voiture vous reflète dans une certaine capacité. Si vous êtes plus jeune, vous n’avez peut-être aucune de ces choses. Et donc, ce que vous avez est un compte Snapchat ou un compte Twitter, et c’est vraiment votre représentation de vous et le statut qui vous y occupe compte plus pour vous pour cette raison.

Oui, les jeunes ont tendance à avoir plus de temps libre que le capital financier, les adultes ont tendance à avoir l'inverse. Ainsi, si vous pouvez gagner du temps sur ces réseaux sociaux, par exemple si vous souhaitez conserver une chaîne YouTube ou publier fréquemment sur Instagram, les jeunes ont énormément de temps pour le faire. Ce qui est drôle dans le fait d’être un influenceur, un jeune influent d’aujourd’hui, c’est que si vous en suivez, vous réalisez à quel point il est difficile de travailler. Ils diffusent en continu, recherchant constamment le contenu à proposer à leurs fans.

Ils sont faciles à licencier, car certains d’entre eux ne sont probablement pas des spécialistes des fusées, et nombre d’entre eux le font littéralement de la chambre à coucher. Ils ne cassent pas de briques, mais c’est un travail acharné, qui sait combiner application, talent et talent. la chance et la chance qui font que cela fonctionne si cela fonctionne pour vous.

Bien sûr, et il y a bien sûr… Une partie du ressentiment, je pense, vient du fait que vous ne vous souveniez pas de cette période de votre vie où vous étiez en quelque sorte pauvre en capital social. En outre, notre statut tire toujours une certaine valeur de sa rareté. Par conséquent, si vous êtes un adulte, le type de capital social que vous possédez – le titre de votre poste, la taille de votre maison, etc. vous voulez que ceux-ci aient plus de valeur que le type de capital social que peut avoir un enfant qui sort de sa chambre.

Il y a donc une sorte de dynamique vieille-argent / nouvel argent qui, je pense, par exemple, avec les médias contre la technologie, la guerre entre la côte Est et la côte Ouest, donne toujours l'impression que le vieil argent voudra qualifier le nouvel argent de nouveau riche. . Donc, si vous avez de l’argent à New York et que vous regardez un milliardaire de la Silicon Valley vêtu d’une veste à capuche, vous êtes un peu comme «Ok».

Je trouve que les poils hérissés viennent tous de la côte ouest, du type "c’est une façon de penser new-yorkaise". Ou "c’est une façon très ancienne de penser aux médias".

Il pourrait être.

Et ils ont probablement raison, mais oui, surtout quand quelqu'un parachute et dit: "Oh, il y a des problèmes à San Francisco."

Ouais.

Ils sont très hargneux à ce sujet. Donc, je pense que, encore une fois, je pense intuitivement que vous comprendriez: «Très bien, je regarde Facebook, je regarde Twitter, je peux voir que les gens essaient d’obtenir des pareils sur Instagram, je peux voir où tout cela se passe. ”Vous penseriez aussi que beaucoup de gens prendraient ces mécanismes et les ajouteraient à d'autres entreprises. Si vous avez un – il s’agit d’un podcast multimédia, nous parlerons donc de média – si vous disposez d’un service de streaming vidéo performant, pourquoi ne pas l’améliorer en ajoutant des composants sociaux? Certaines personnes ont essayé, cela n’a généralement pas fonctionné, alors pourquoi cela n’a-t-il pas fonctionné et pourrait-il fonctionner pour quelqu'un d'autre?

Mm-hmm, eh bien, j’utilise une analogie dans mon texte pour le statut social, un peu comme une crypto-monnaie, où il ya une sorte d’obstacle à franchir pour obtenir …

Preuve de travail, non?

Oui, une preuve de travail pour que vous gagniez le capital social sur le réseau. Ainsi, par exemple, pour Instagram, la preuve de travail consiste à prendre une photo vraiment intéressante que les gens aimeront. Sur Twitter, il s’agit de composer quelque chose d’esprit moins de 280 caractères que les gens voudront partager.

Donc, je pense que beaucoup d’entreprises de médias et autres choses du même genre, où vous consommez passivement du contenu, n’ont pas vraiment de preuve valable de travail où vous avez gagné un statut qui a réellement une valeur pour quelqu'un. À l’instar de Netflix, par exemple, si vous essayez d’y greffer une sorte de réseau social, je ne sais pas qu’un message conventionnel du type «Hé, créons un fil où les gens aiment et partagent des choses» prend tout son sens.

C'est vrai, et Netflix a essayé ce truc avec Facebook où il y avait ce «partage sans frictions». Je pense que dans le cas de Netflix, il a été dit spécifiquement: «Les gens ne veulent pas nécessairement partager ce qu'ils regardent, ils peuvent être embarrassés pour diverses raisons. ils regardent. »Mais les gens ont essayé ce genre de gamification. Et laisser de côté ne pas vouloir laisser les gens savoir que vous regardez Triple frontière – c’est un bon film… ce n’est pas un bon film.

Ça va.

C’est amusant.

Ouais, ça va.

D'une certaine manière. Mais les gens ont essayé plusieurs fois, j’ai vu beaucoup de choses comme cela: «Vous allez accumuler des points pour avoir parlé de ça à des amis.» Et tout cela semble pouvoir marcher et aucun d’entre eux ne fonctionne.

Oui, c’est difficile. Il s’avère qu’il est en fait difficile de créer une nouvelle forme de statut qui ait à la fois une signification pour vous et suffisamment de personnes, car le statut, c’est, est toujours dérivé de l’ensemble du réseau, non? Je ne peux pas simplement dire que j’ai fait quelque chose et en obtenir le statut si personne ne pense que ça vaut la peine …

Ils doivent le valider et dire: «C'est en fait assez cool."

C'est vrai. Donc, vous devez faire quelque chose où beaucoup de gens vont dire ensemble: «Regardez, cette preuve de travail est vraiment difficile, comme tout le monde ne peut pas le faire». Et deuxièmement, où les gens sont comme: «Vous savez, je respecte en fait ils ont fait cela. »Vous avez dit que vous aviez regardé une série de films sur Netflix ne semblant pas forcément être une chose à un statut élevé, cela pourrait même être considéré comme un statut bas que vous passiez tout ce temps à regarder une émission. Donc, ce n’est pas si facile et c’est pourquoi vous voyez maintenant …

Et je peux voir de l’extérieur, cependant, pourquoi il semblerait bien, “Peter annonçant qu’il avait terminé Triple frontière n’est vraiment pas plus intéressant en soi que l’un des Kardashiens parlant de ce qu’ils ont acheté ce jour-là. »C’est vraiment la même chose. Bien sûr, ils sont très différents, mais il est difficile de voir en quelque sorte où se trouve cette ligne, à part que beaucoup de gens prêtent attention aux Kardashians. Et même si j’ai répété plusieurs fois sur ce podcast que j’ai regardé Triple frontière, personne ne m'a demandé ce que je pensais du film.

Eh bien, nous pourrions en parler plus tard, je l’ai regardé aussi, alors j’adorerais entendre vos pensées, Peter. Je pense que l’une des choses délicates avec les médias en général est que, comme vous l’avez dit pour l’exemple de Kardashian, les gens paient un million de dollars à ces Kardashian pour publier quelque chose sur Instagram car assez de gens se soucient de ce qu’ils portent.

Et encore une fois, vous pouvez comprendre mécaniquement: «Très bien, ce sont des célébrités, c’est la même chose qu’elles soient dans une émission de télévision ou sur un écran quelconque.» Nous comprenons donc pourquoi cela est une entreprise, en quelque sorte. Expliquer pourquoi cette chose est intéressante, à part le fait que ce sont de jeunes femmes attrayantes, est en quelque sorte déconcertant pour certaines personnes.

Oui, absolument. L’autre chose à propos des médias avec laquelle je trouve difficile de jouer à des jeux sociaux, en particulier pour la vidéo, la télévision ou les films, c’est que je pense que cette catégorie plus que la musique et les livres est une catégorie où … Vous connaissez ce terme «narcissisme des petites différences"? J'ai presque l'impression que même si vous avez un groupe d'amateurs de cinéma dans la salle, ils trouveront un moyen de ne pas être d'accord sur certains films de la manière la plus spécifique qui soit. Et nous avons tendance à ne regarder qu'une seule fois des films et des émissions de télévision. Ce n’est pas comme si vous écoutiez des pistes des centaines de fois.

Droite. Beaucoup de gens aiment Breaking Badmais si vous portiez un Breaking Bad t-shirt, vous ne vous identifiez pas vraiment à quelque chose de la même façon que si vous étiez une pop star.

Ouais. Regardez, c’est vrai qu’une fois, je pense qu’à une époque où les médias étaient globalement moins nombreux, vous pourriez peut-être porter un vêtement Breaking Bad t-shirt ou dites que vous êtes fan de Star Wars ou de quelque chose du genre, et qu’il s’agit d’un réseau social auquel vous adhérez.

Oui, nous en avons discuté la dernière fois.

Et c’est une bonne chose. Mais nous sommes également à une époque où, selon moi, l’abondance des médias, essentiellement la quantité infinie de contenu des médias, a rendu de plus en plus difficile cette tâche.

Donc, vous réfléchissez à cette idée qui, encore une fois, d’une certaine manière, je pense que quiconque vous suit dit: «Ouais, oui. Nous comprenons le statut social. Je suis sûr que c’est tout l’intérêt de ce projet sur Instagram. »Quelle est la principale idée surprenante qui vous est venue à l’esprit lorsque vous assemblez cette chose? Quelle était la chose que tu voulais sortir de ta poitrine?

Je pense que la chose la plus importante pour moi était simplement de penser que nos modèles, nos modèles mentaux de réseaux sociaux, seraient plus complets si nous considérions simplement le statut comme un élément supplémentaire. Ce n’est pas le seul élément, mais encore un élément qui explique pourquoi certains réseaux fonctionnent et pourquoi certains réseaux ne fonctionnent pas. Et la raison générale pour laquelle je pense que c’est important, c’est que j’ai l’impression que nous sommes à la fin de la première génération de grands réseaux sociaux. Comme ceux qui sont importants dont nous parlons maintenant le sont depuis plusieurs années.

Et dans le cas de Facebook, ils grandissent encore, étonnamment. Et Twitter ne grandit vraiment pas, et Snapchat … Je veux dire, ils sont en quelque sorte fixes, non?

Oui, ils sont réparés. Instagram continue de croître un peu, certaines entreprises en Chine pourraient connaître une croissance. Mais ils existent depuis assez longtemps … Je pense aussi, avec le calcul actuel que nous avons avec les médias sociaux, que nous sommes en train de jeter un regard sur cette sorte de première ère de réseaux sociaux et en disant: «Eh bien, qu’avons-nous appris? Où avions-nous raison? Où avons-nous tort? Et comment pouvons-nous réparer ou changer ces réseaux à l'avenir pour tirer parti de ce que nous avons appris? »Et je pense que le statut est une partie de la compréhension de ce qui s'est passé durant cette première ère.

Donc peu importe que nous ayons une nouvelle génération de Facebook et de Twitters à un moment donné, ou peut-être sommes-nous simplement un peu coincés avec ces types?

C'est vrai.

Que pensez-vous de cela, au fait? Parce que pendant longtemps, j’imaginais que quiconque suivait ce truc supposait que nous avions déjà ce service, et que nous le possédons maintenant, et qu’il y a un va-et-vient entre ces choses. Et quelqu'un viendra remplacer Facebook. Et maintenant, cela semble assez calcifié. Et une théorie est que tous les éléments antérieurs n’existaient pas avant les téléphones. Et donc, une fois que vous avez un téléphone et que c’est vraiment mondial, quiconque y arrive en premier gagne et ne se déplace pas. Alors pensez-vous qu'il y aura éventuellement un nouveau groupe de Facebook, Twitters, Snaps?

Je ne sais pas avec certitude. Je pense certainement qu’il devient de plus en plus difficile de déplacer les titulaires. Et l’ensemble du statut, je pense, vous donne en quelque sorte deux directions à suivre. La première est que, parce que l’état provient du réseau et de la rareté, on peut affirmer que si les réseaux sociaux existants bloquent trop l’état des personnes qui y sont déjà et les utilisent depuis longtemps, Une nouvelle génération de jeunes viendra et dira: «Écoutez, je ne veux pas faire partie de ce réseau car tout le statut en a été vidé.

Et c’est si difficile pour moi de percer, non? Il y a des gens ici qui sont essentiellement accroupis, car ils sont arrivés il y a 10 ans, et ils n'étaient peut-être même pas particulièrement bons. Il y en a beaucoup qui existent dans beaucoup de ces réseaux sociaux ou YouTube, où si vous vous présentiez en 2006 et téléchargiez des vidéos avec une fréquence quelconque, de bonnes chances que vous deveniez une star de YouTube. Maintenant, vous ne pouvez plus faire cela, sinon ce serait très difficile pour vous de percer.

C'est vrai. Et c’est là que l’analogie avec la crypto entre en jeu, en ce sens qu’il est de plus en plus difficile d’exploiter des bitcoins au fil du temps, car ils doivent faire respecter la rareté pour qu’ils aient valeur. Donc, si les réseaux sociaux ne vous permettent pas de gérer cela, vous comprendrez pourquoi un nouveau réseau social pourrait apparaître.

Vous pourriez trouver un nouveau club où vous et vos amis cools, ou seulement vous et vos amis, pouvez faire des choses.

Droite. Une grande partie de la dynamique de l’exode de Facebook vers Snapchat a été au début parce qu’il y avait un groupe de jeunes qui se disaient: «Oh mon Dieu, mes parents sont maintenant sur Facebook et ils peuvent voir ce qui se passe. Je poste dans News Feed et cela change complètement la dynamique de ce que je peux poster là-bas. Nous devons donc trouver notre propre espace. ”

Maintenant, l’accès aux services publics que j’ai mis là parce que je pense que beaucoup

Donc, lorsque vous parlez de l’idée que vous pouvez mesurer ces choses en fonction du statut social qu’elles doivent disperser, ou de ce que vous pouvez faire là-bas, puis aussi de leur utilité.

Oui, exactement. Et la bonne chose à propos de l'utilité, qui pourrait être, par exemple, comme en Chine, vous pouvez utiliser WeChat pour payer des choses dans un restaurant. Ou vous pouvez utiliser un réseau social pour appeler une voiture ou quelque chose comme ça.

Et vous faites toutes ces choses.

Vous faites toutes ces choses.

Parce que vous pouvez faire un tas de ces choses sur Facebook, mais dans la plupart des cas, vous ne le faites pas.

Droite. Je pense donc que de plus en plus de grands réseaux sociaux commenceront à s'intéresser aux services publics car leur statut est intrinsèquement instable, et vous ne voulez pas gérer un réseau construit uniquement sur le statut lorsqu'il y a une sorte d'implosion de la valeur de ce statut. . Par conséquent, si la génération actuelle de réseaux commence à faire du bon travail en ajoutant un utilitaire, il sera beaucoup plus difficile à une start-up de la remplacer. Si vous êtes une nouvelle startup et que vous essayez de créer une entreprise, il ne vous sera pas facile de créer un réseau de paiement mondial.

Droite. Vous avez entendu une phrase de côté: «Plusieurs de mes amis ont cessé d'utiliser Facebook au cours des derniers mois et ils semblent aller bien.» Et si vous êtes en Chine, vous ne pouvez vraiment pas arrêter d'utiliser WeChat, car ce n'est pas le cas. simplement sociale, c'est comment vous allez payer pour des choses, comment vous allez vous déplacer.

C'est vrai. Et si vous ouvrez WeChat, par exemple, en Chine, la page que vous ouvrez n’est pas du genre fil d'actualité. C’est vraiment très amusant si vous ouvrez WeChat et essayez de trouver le fil d’actualité qu’ils ont. C’est à deux reprises.

Tu dois travailler pour ça, oui.

Ouais, comme vous ouvrez WeChat, et c’est là que vous pouvez envoyer un message aux gens. C’est avant tout un utilitaire de messagerie, puis 50 autres choses qui vous intéressent au quotidien. Donc, qu’il s’agisse de la crypto-monnaie Facebook ou de l’Instagram ajoutant des achats plus pratiques ou de l’ajout de nombreuses fonctionnalités à la plate-forme de messagerie de la plate-forme de messagerie, comme pour la théorie de la rupture, tous les gros opérateurs historiques se disaient: «Oh, attendez une minute. Nous ne voulons pas être perturbés. On peut y aller.

Et vous pensez donc que dans le cas de Facebook, en particulier, comme intentionnel, "Nous voulons ajouter de l’utilité." Ils ont essayé au fil des années d’y ajouter de l’utilité. Cela n’a pas vraiment fonctionné. Pensez-vous que c’est parce qu’ils ne savent pas comment le faire? Ou leurs utilisateurs le rejettent-ils? Ou ils n’ont tout simplement pas trouvé le bon cas d’utilisation? Ils ont terminé la messagerie, puis ils sont allés acheter un autre service de messagerie. Mais Facebook Messenger est une chose. Ils ont ça.

Oui, ça a bien fonctionné, non? C’est un cas où ils ont voulu rendre Messenger plus utile. They broke it out into a separate app. I don’t know how many people use Messenger. It’s a lot. And that’s a great case where they succeeded. For some things like payments and things like that, I don’t know that they’ve continuously tried to crack that nut. But I think they should, and it’s probably a category that they’re going to spend more time on.

In the same way that Instagram, which is for young people actually a very powerful status game, if they add more things like shopping into it as a utility, I think that’s just more durable in the long run.

And you think that’s a practical way for them to go, and it won’t scare off people who are using Instagram to do whatever they’re doing on Instagram right now?

Ouais. I think ultimately, we all go through this sort of like hedonic treadmill thing where if you play status games for a long time, you can get tired of them. Or you can get sick of them.

Did you say hedonic treadmill?

Ouais. I just, I use that as a term, but I think …

I got to Google it.

Yeah, yeah, yeah.

Like hedonism?

Ouais. There’s something about playing a status game for a long time that it’s like eating too much sugar. You feel just sick from doing it. And you know like people …

I’ve accumulated all my likes and now I feel bloated.

Ouais. Like once, it might have been exciting to get 50 “Likes” on a tweet. And then you’re like, “Ah, actually I need to get 100.” And that can be tiring. And you hear this from people who are on social media a lot, they feel like they’re just exhausted and they need to take a break from it, and so, yeah.

What do you think of Mark Zuckerberg saying, “I’m going to move the focus of Facebook from public consumption and public display. We’ll still have all that, you can still do it, but we think our users want to have private conversations with encryption.” And then there’s obviously political and regulatory reasons he’s talking about doing that. But he’s also saying, “This is what I think our users want to do, I’m not trying to create a thing they don’t want.” That would seem … I mean, it’s hard to imagine how you accumulate social status through one-on-one chats.

Ouais. I think that’s an acknowledgement of … Look, one of the central ideas of this first generation of social networks was this idea of something that’s comme the newsfeed, a public monolithic thing, where everybody’s in there. Like what Jack calls the town square of Twitter. And many people were doing that because it turns out that’s a really efficient way to create a mass engagement game.

But we’re now also seeing some of the sickening side effects of this sort of mass public display of performative status-seeking. And so I think Zuck is sort of skating towards where the puck is already going. I’ve seen a lot of people in my network even stop posting publicly and move …

But some of that is a specific distaste for Facebook, and some of that specific distaste is because they think it created Trump or elected Trump. But the whole premise of you writing this thing is people are status-seeking monkeys. So if that’s the case, that we’re moving toward private communication, how do you square those two ideas?

Well, I think there will always be some balance. I don’t think Instagram or Facebook or these services will take away that public monolithic feed, where people do still continually try to rack up likes and things like that. However, I think there’s a recognition that, “Look, we’re losing some people who are taking a lot of their more honest selves into private conversations.” And ultimately, I think this is all about squaring the complexity of people’s identities with these services. I say “status” and people have a negative connotation to status-seeking.

Yeah, because they’re thinking about cars and jewelry and looks.

Yeah, exactly. But if you flip it, another way to put it is that people really want a sense of self-worth and identity from social networks. And I think part of our identities requires there to be some level of privacy, where we can try out ideas and personalities and things without the glare of the public spotlight on them. And I think people are adjusting their behavior because they’ve realized, “Oh my gosh, I shared too much.”

”This thing I wrote last year is still up there, and now I have a new job and people don’t think that’s funny.” Or, “Now I can’t host the Oscars.”

Yeah, yeah, exactly. You look at athletes who are getting dinged for some terrible things they wrote as teenagers. People will go back and weaponize anything that you wrote in the past. So I think this sort of adaptation, like Facebook moving more towards this public encryption and public messaging, is just reflective of the fact that we probably do need a suite of ways to express who we are as humans, and that most networks are too constricting in how they force us to be one way. A good example is I don’t write as much on my blog now because the ones that go viral are about tech.

Because you know people are paying attention.

Ouais. And so I feel like I have to only write about tech, whereas if you read my blog in the early days, I would write about food or movies or music …

You had a really good post about garbage collection, in … Was it Shanghai?

In Taiwan, in Taipei.

In Taiwan.

Ouais. And you do feel constrained, where on Twitter now that I have more followers, I also feel if I don’t tweet enough about tech, people might unfollow me. So how do we create the next generation of networks where everything that you are as a person can be expressed, and the network appropriately funnels that content to the people that care about it?

We use following people as an approximation of following interests, but the fact is, like if John Gruber, most people follow him for Apple coverage, he still likes to talk about the Yankees. And if he started just tweeting about the Yankees full time, a lot of people would probably unfollow him.

What’s great is Ben Thompson has a whole feed just for NBA.

Exactement.

So if you really want to know what Ben Thompson thinks about the NBA and the Milwaukee Bucks, you can go track that down.

Yeah, NoTechBen. NoTechBen is his Twitter account for discussing the Bucks and the Brewers and all the Milwaukee teams. And the fact that he has to do that is sort of an indictment of Twitter not allowing people to follow interests more generally and be fed stuff that’s more tailored to them as readers or viewers.

One last question on this essay, which you should all be reading: There is a conversation — at least, I think it mostly comes up around Twitter but some other folks as well — saying, “Maybe we should take down some of the status stuff. Maybe we should not tell you how many retweets this thing got. Or maybe you shouldn’t display your follower count. We should remove some of the status-seeking elements to our network for various reasons.” What do you think of that idea, and do you think people are going to follow through on it?

I think it’s tricky because I start my piece with the idea that we are status-seeking monkeys. And I’ve just told you that I think our sense of self-worth requires some forms of feedback, right?

And so even if you stop wearing, like if the trend is, “We’re not going to wear Izod or Polo shirts because that’s gauche, and we’re going to not have labels.” You still find ways to sort of indicate the status of the shirt you’re wearing.

You know how in futuristic science fiction movies it always seems like everybody wears the same outfit? You know, it’s like some white robe or something bizarre like that. And I just don’t think a world like that is going to happen, where everybody’s like, “Look, I am no longer going to signal anything about my personality or status, we’re all going to wear the same outfit.” You know, it’s the whole school uniform idea, like they want kids to just wear the same uniform because they don’t want people competing.

Right, and then they just find that one thing that they can modify, and the focus goes on shoes, or whatever it is.

Ouais. We all crave some level of distinctiveness. We want to stand out in some ways. And so I think that’s fine. Like I love just the variety of people I meet online, their personality, the various things that they really geek out over. I love all of that. Can we preserve some of that while removing the more egregious harmful forms of status-signaling? I think it is possible, but it requires us just acknowledging that that is a part of human nature, and that’s a part of why they flock to certain things on social networks.

You learn a lot reading your blogs, and then you learn even more talking to you. It’s great, it’s a free education. You should charge for this somehow, Eugene, I’m telling you. I won’t even take a cut. We’re going to build a business around it. Or you’re building a business for me, which is great, so thank you.

Ouaip.

Just an aside, you had a line there, it just reminded me, you were pointing out that the people who have become famous or used social media to build these businesses — Kardashians, Logan Pauls, etc. — all of their attempts primarily to then go out and create their own standalone social thing have not worked. They’ve been able to go to other platforms, and obviously they get paid a lot to do one-off things, but the idea of them creating their own hub, I remember we had talked to folks, we were doing [an interview with] the WhaleRock guy, he was working for the Kardashians…

Right, right.

Why doesn’t that work? Why can’t people port their audience from Facebook or Instagram or Twitter to the thing they’re doing? I mean, they do do it, so why does it not work as an ongoing thing?

Well look, execution is always one of the risks.

So stipulate that it’s hard.

Yeah, yeah, it’s hard. But the second thing is, if you look at most celeb standalone efforts, the apps that they create or whatnot, those actually are not very good at being status games themselves. What they are is mostly a way for someone famous to just distribute content directly to a set of fans. These apps are usually set up as having a newsfeed or something, but none of the fans of that person are actually interacting with each other. There’s no proof of work for them to earn status over other users.

They’re just there to get more stuff, which is fine.

Which is fine.

But limited, I guess is your point.

But limited.

That’s why it doesn’t work?

Yeah, that’s part of it. The second thing is that if you look at the lifecycle of high-status influencers, it’s interesting because we’ve had enough time now to see some influencers come and go. In many ways, the Kardashians and Jenners are unicorns in that they’ve had a much longer run and a much more successful run at this. But many young influencers come and then they kind of fizzle out over time.

And we’re just using “influencer” just generic for “person who’s famous on the internet.”

Yeah, exactly. Someone who got famous on the internet and then at some point, people accuse them of being famous for being famous. It’s actually a very fragile thing. One of the funny things, if you talk to, for example, young teen girl influencers in the fashion world, you end up with this weird, you’re almost like a hostage to your fans and the narrative that you put out there about yourself. If you were to break up with your boyfriend and start dating someone new, your fans might revolt and lose interest in you.

I think it’ll take another 10 years or so for us to study the life cycle of a couple waves of influence to understand what exactly is happening there and who has staying power longer than just a couple of years of their teenage life.

By the way, as an aside because we’re not going to get into this, but you spent a lot of time talking about Musical.ly and TikTok here, and that’s one of those things where I think a lot of folks maybe had heard briefly of Musical.ly and maybe they’ve got some sense that TikTok’s a thing. You do a very good job of explaining what it is, why it works, why certain people are using it. Primarily young girls, I think it sort of over-indexes. Go read the 20,000 words.

I do want to ask you a couple Amazon things because I do like mining your brain for Amazon insight. Amazon, I think, has sort of replaced Apple for the sort of consumer internet company that people are most interested in and/or at least optimistic about it. I mean, Facebook generates a lot of headlines, people use it a lot.

Sûr.

Amazon is still I think almost entirely — regulators aside for the moment — people feel really good about it. I’m curious how you view the company from the outside, specifically about two different things. One was their decision to move HQ2 to New York or partially move HQ2 to New York and then after a couple of weeks of really not much, maybe a couple of months of getting some negative pushback, deciding they weren’t going to do it.

In my mind, I think of Jeff Bezos and Amazon as sort of like earnestly analytical, very sober, very serious, and they might take risks that don’t work, like the Fire Phone, but those are calculated risks, and then they sort of dispassionately walk away from it when they’re done. This seemed really abrupt. Am I right in thinking of this as an un-Amazonian move?

To some extent. Look, I think all companies maybe have some level of blind spot when it comes to how they are regarded by the public. I say that not just for Amazon, but I’ve been inside several companies now, and I think it’s hard to describe to people on the outside how much of a bubble it can be going to work with your coworkers every day, not necessarily seeking out all the negative stories that are written about. Like who likes reading constant stories?

Or when you hear them you ignore them.

I’m sure, for example, people at Facebook have, and I would agree, like some of the stories written about them are unfair at times. It’s easy internally to build up a narrative where you’re like, “Look, they’re just out to get us,” right? The East Coast/West Coast thing I talked about before, to become …

“The New York Times is trying to win a Pulitzer,” which is true.

Yeah, it can become a narrative in your head, and that makes it just so easy if you frame things that way to ignore all of that and to not see some of those things. When I’m not at a company, like I haven’t been for a bit, it’s just a completely different way in which you regard all of that.

That explains them like making the mistake and not understanding why this would be a problem. In their defense, the mayor of New York City and the governor of New York state said, “We’re doing this, and this is going to be great.” You’d kind of naturally assume that it was going to work. Then the decision after a couple of weeks to go, “No, we’re outta here,” that was the thing that really surprised me. I just assumed they would — again, because I have a perception of Amazon — like, “We’ve thought this through, we’re going to stick it out, we don’t make these decisions lightly.”

Sûr.

It seemed like pretty capricious.

Ouais. Look, I don’t know that it was capricious or not, but it sure seemed to be trending in a direction where it was going to be a knock-down, drag-out sort of battle.

Droite.

It was going to drag the brand through the mud, and is it worth it? Ultimately, one of Amazon’s strengths as a company is that they could even contemplate an HQ2. They have like seven, I don’t know how many employees, 700,000, 800,000, some astonishing number. They’re in how many lines of business? It’s staggering, because when I started, it was a domestic bookseller online. Just scaling to that degree actually requires you to be able to run kind of as a distributed company with a lot of things.

The fact is they maybe really wanted to be in New York, their company already runs in a distributed way, so ultimately, I don’t think it hurt them that much to say, “You know what, let’s just go somewhere else.”

I get the logic of them saying, “We don’t actually need to do this.” It’s just quite a bit of whiplash from them spending a year-plus with the pageant and the bake-off.

Well, look, I think there probably were some mistakes made along the line in this whole process, but one of the strengths of the company is look, like once you realize it’s not worth it, not being captured by sunk costs, just write it off and just say, “Let’s just move on.”

Je l'ai.

Yeah, be done.

As you know, Jeff Bezos had an affair and then got divorced and then wrote a post on Medium accusing the National Enquirer of trying to extort him. It’s an extraordinary story, and I don’t want to ask you about any of the details there because you don’t know about them. I am curious about how you think people in Amazon think about it because the way this has been discussed in the press, it’s almost entirely, “This is Jeff Bezos, it’s his personal life.” And whether we’re prurient or whether it’s interesting, it’s divorced from Amazon.

I haven’t seen any analyst notes or really any serious business coverage about what does it mean when the CEO of this company is engaged in this very high profile, very unusual fight that involves the National Enquirer and the president of the United States and maybe Saudi Arabia? Again, it seems very un-Bezos-y, but also just in terms of the company, you would think at some point it goes from “this is your personal life” to actually “no, this Est-ce que affect the way the company works.” Do you think that discussion is happening internally or do you think they just have accepted the idea that this is investing in … what’s the name of his rocket company?

Blue Origin, is that it?

Blue Origin. This is just a thing he does. He fights with Donald Trump on Medium.

I haven’t been at Amazon for so long.

Correct.

I actually have no idea internally. I do think that ultimately one of Jeff’s strengths is his ability to just be sort of like laser focused on the business and what matters and just always compartmentalizing all that’s not important and focusing on what is important.

You believe that, so that is essentially the narrative explicitly and implicitly that they’re putting out. You go, “Yeah, I buy that.” I do think that he can do one thing over on the Medium post and another thing where he’s trying to figure out toothbrush sales.

I think that’s one of his best strengths as a leader. Look, ultimately, I think every one of the big tech companies, whether it’s Amazon or Facebook or all this, there’s a lot of just media noise around them in general. I think there’s no doubt that if you talk to people who work at all these companies, some of it affects them. Like especially when I was more junior as an employee, I would read negative stories about Amazon in the press. I was just starting out in my career and my mom would mail me press clippings. She’s like, “Oh my God, this story said that Amazon is going to go bankrupt.”

You’re going to go out of business.

Yeah, like, “What’s going to happen to you?”

Well, that was the cover of Barron’s, right?

Yeah, yeah, exactly. Amazon.bomb, Amazon.toast. You’re constantly reading these things, and the more I’ve sort of gone on in my career, the more I’ve understood that look, the press is doing their job, right? They are going to cover things and come up with really interesting contrarian angles and stuff to raise a bunch of noise around things, and that ultimately, if you just keep paying attention to it, you’re just going to get whiplash from emotionally trying to deal with it and to mostly filter all of that out.

All right, delicately answered. Good job, Eugene. Then the last old company I wanted to ask you about, you were at Hulu for a bunch of years.

Sûr.

Not responding to my questions even though it was your job to do that. I guess your job was to ignore me, so you did a good job.

Exactement. je était doing my job.

We referenced this the last time you talked, but now that we’re really in it, right, you’ve got Netflix at 140 million subscribers, and this is the year where all the big media companies that have sort of enabled Netflix …

Sûr.

… are now saying, “Hey, we actually should be doing what you’re doing.” A couple of days from when we’re talking, Disney is going to roll out its plans for Disney+, I guess. Time Warner/AT&T is going to, near the end of the year, kind of explain what they’re doing maybe.

Droite.

Next year is NBC, and then there’s this weird Apple thing that we spent a bunch of time talking about on this project.

Sure, sure.

What is the thing that you learned at Hulu that would be useful for these new entrants into streaming and SVOD that would be useful for them to know?

I don’t know that there’s one particular thing that I learned there, except I would say, well, there are two things I think that matter. One is that the one thing that no single company controls is the competitive context into which they are thrust. What I mean by that is the amount of content, the amount of shows and films that are out there has grown by magnitudes of order at this point.

Droite.

You can’t control that because how much stuff other people make is sort of independent of how much stuff you make to a large degree.

Although if you’re Netflix, you’re making a lot of it yourself, right?

Yeah, exactly.

They are spending billions of dollars.

Droite.

They are controlling that.

I just think some of the playbooks that media companies have were created in an age when the competition was much less. That really affects, actually, the diffusion of your shows and stuff and how it takes with a culture in which, so this is a good place to bring in the entertainment axis of my three axes of social networks.

I think the biggest change in my lifetime and the reason I separated out entertainment and utility is that when I was a kid and I went to the movie theater to see a movie, I did not see that as competitive with listening to the radio on the way to the movie theater. I didn’t see that as competitive with going home and watching copains on TV. Back then, we didn’t have phones, so the contexts were sort of separate from each other and none of those competed with each other.

Droite. You did this and they did that thing.

Droite. The biggest change in our lifetime is that entertainment is now fungible. At any moment in time, you can pick up your phone and you can read the New York Times, you can watch Netflix, you can watch YouTube, you can go to Instagram, you can go to Twitter. In the consumer’s mind now, all forms of entertainment trade off against each other. You might say that, hey, this podcast, or listening to some music on Spotify isn’t the same as playing Fortnite. When Netflix says that they compete with Fortnite, actually all forms of entertainment compete with all forms of entertainment now.

Droite. There’s two versions of that Netflix competing with Fortnite. One is they used to say Angry Birds, right? People could spend their time on the Angry Birds app and now they can do that. I think what some people are also saying in part because Netflix is saying it is, Fortnite is an interactive game where you interact with … and we’re increasingly interested in that idea. Not social interaction, but we’re going to be engaged with you. You’re going to choose your own adventure, like a branching narrative, they call it.

Right, right.

I think that’s where they’re sort of saying, “Hey, this is the direction we’re going.” They don’t tend to do a lot of head fakes in Netflix. We’ll see. Sorry, I digress because your point is these things are all fungible.

They’re all competing.

The consumer has a limited, has a finite only 24 hours.

Droite.

You can multitask and do a bunch of stuff. That’s where they’re still …

That’s one point. Then my second point is just that Netflix, look, the media companies may want to roll back the clock and everything, but the fact is that Netflix got the scale advantage.

Droite.

They got the high ground, and it’s very rare in history to see any company successfully take on a company with a scale advantage by actually just copying what they do. I get why AT&T might come in and say, “Look, HBO should be making a lot more stuff.” Kind of like Netflix, right? Justify this flat rate subscription. The fact is the whole definition of scale advantage is that Netflix has 100 and whatever, 50 million subscribers and you don’t.

If they want to spend $10 billion on content, and you say, “I’m going to spend $10 billion on content,” they’re spreading that cost across a lot more people.

Right, that $10 billion is much more expensive for you.

It’s much more expensive for you. Is it possible that you could spend $10 billion more efficiently than Netflix? I mean maybe, but probably that’s a skill that doesn’t really exist. I think that whole thing, the idea that it’s not TV, it’s HBO, that HBO thought that they would always make superior content, a lot of that was just the product of HBO was the only place to go in town back in the day to get that type of stuff.

To get that kind of programming.

Now you see, right, like the showrunners of Jeu des trônes, what are they going to go do next? I think they’re going to work on Guerres des étoiles stuff or something like that.

Yeah, they said they were going to do an HBO thing. Qui sait? I was going to avoid Apple, but I’m just curious what you think.

Sûr.

Apple is going at this, and at least as far as we can tell, they’re using their money and their scale. They have a lot of both, but they’re not trying to supersize anything. As much money as they’re spending, a billion, $2 billion a year, it’s a fairly modest amount of programming, right? A couple shows a month. They don’t have a library. They seem to be running counter to sort of what everyone else is doing, which is saying, “We have a lot of stuff that we either own because we’re Disney or AT&T.”

Droite.

“Or we paid for it because we’re Netflix. We’re going to throw it at you, and for 10 to 20 bucks a month you’re going to have that.”

Sûr.

Apple seems to have some other take on it. Does that make sense to you that they wouldn’t go that way?

I actually think the world would be way more interesting if Apple, with their huge amount of cash on hand, really did try to take on Netflix a little more head on, right?

Ouais.

Because they’re the one company, I think, that has enough free cash to actually make that a credible strategy. The way that you would envision that working is that, let’s say Netflix spends $20 billion on content next year. Well, Apple could do that. If you think that a lot of Netflix content actually decays in sort of relevance really quickly, then all it takes for Apple is to spend $20 billion a few years in a row to actually sort of like catch up and have a catalog that’s equally interesting.

Right, because Netflix will say, “Marco Polo that we spent $100 million on seven years ago,” which in a traditional company would’ve maybe been a write-off, they say, “No, no, this still has value.” And you’re arguing, it probably doesn’t have any value.

Well, part of the big change in the world is that because there’s so much content now, I actually do think the decay curve on content is much faster. Like two weeks after Choses étranges season two came out, I felt like nobody was talking about it anymore.

Right, and again, Netflix will say, “Yeah, but that’s just Twitter and it literally doesn’t matter to us whether someone watches Choses étranges for first time in four years as long as they watch it.”

Droite.

“It’s great.”

Right, right. Je ne sais pas. Only they have the metrics on whether that decay curve … I think the key metric to watch for Netflix moving forward is how many years can they amortize their content over? The longer that number is, the better things are for them and the harder it is even if Apple spends $20 billion to catch up.

As it is, the current Apple offering, as I saw it from their keynote, looks a little bit like kind of like, “Me too. We have a service. We have a lot of phones and things in people’s hands, and so if we tack this on, it’s probably going to do pretty well.” Kind of like Apple Music did pretty well, right, just through the distribution. It’s not going to be a service predicated on being revolutionary and dominating the video streaming industry.

Apple Music était the same thing as Spotify. Like really, very little difference there, and they had the exact same catalog of stuff.

Droite.

It’s just a thing on your phone where this is a different … You will have to decide whether you like the Jennifer Aniston show enough to pay for it or at least watch it.

Sûr. As we all know, that’s a very capital-intensive tricky game. I think you’re better off thinking that no one company is better than any other company in making these things, and in fact, that it’s just kind of like VC where it’s just a portfolio of stuff. You’re like, look, “If we make enough stuff, a few things will appeal to enough people that enough people will subscribe,” and that’s just classic bundling strategy.

It sounds so dull when you say it that way. I find it all very exciting.

Regardez. Yeah, that’s why you bring the Spielbergs and the Oprahs onstage.

Exactement. Not Eugene. We’ll get you there eventually, but you make great podcast content, Eugene, so thank you for coming.

Je vous remercie. I appreciate it.

We’ll have you back in a year.

Impressionnant.

If you want to come, you’re always welcome.

Oh, I’m always happy to come on.


Recode and Vox have joined forces to uncover and explain how our digital world is changing — and changing us. S'abonner à Recode podcasts to hear Kara Swisher and Peter Kafka lead the tough conversations the technology industry needs today.

Promotion -50% sur Amazon